L’Afrique est-elle prête à tirer profit de la transition énergétique à venir? La Dr. Sandrine Mubenga livre son point de vue

Next Einstein Forum: Selon plusieurs experts, la 4ème révolution industrielle sera notamment alimentée par les énergies vertes. Êtes-vous d’accord avec cet avis?

Sandrine Mubenga: Nous sommes en guerre pour le climat et les énergies fossiles ne constituent plus une solution durable. Il nous faut donc des énergies respectueuses de l’environnement. Nous sommes à l’aube d’une 4ème révolution basée sur une énergie propre, accessible au plus grand nombre et renouvelable. De manière générale, 5 secteurs sont énergétivores: les usages domestiques, l’industrie, l’agriculture, et  le transport. Dans le secteur du transport, par exemple,  les voitures électriques, peu polluantes, sont une solution aux émissions de gaz à effet de serre. Cette problématique m’a toujours intéressé. Pendant mon Master à l’Université de Toledo aux Etats-Unis, j’ai conçu et réalisé une voiture électrique hybride avec une pile à combustible incorporée pour alimenter le moteur en hydrogène. L’hydrogène pour alimenter la voiture est obtenu par décomposition de l’eau en hydrogène et oxygène grâce à une station alimentée par des panneaux solaires. L’hydrogène est obtenu et injecté dans la voiture hybride comme carburant. Ce projet m’a permis de décrocher mon Master à l’Université de Toledo et de nombreux prix par la suite dont celui de la meilleure Thèse du Département de Génie électrique de l’Université de Toledo en 2008. Le stockage est un des grands défis des énergies renouvelables qu’elles soient éoliennes, solaires ou hydroélectriques. En effet, leur intermittence nécessite qu’elles soient stockées pour une utilisation ultérieure. Cela m’a poussée à me spécialiser dans les problématiques de stockage et plus précisément les batteries pour mon doctorat. Mes recherches m’ont amenée à développer un système de gestion de batterie appelé «Bilevel Equalizer» qui permet d’augmenter la longévité des batteries à ion lithium ainsi que leur capacité en réduisant les coûts. Au-delà des problématiques de production et de stockage des énergies renouvelables, l’efficacité énergétique est un autre objectif de ce secteur.

L’Afrique est-elle aujourd’hui prête à tirer profit des opportunités offertes par cette révolution dans le secteur des énergies renouvelables?

S.M.: L’Afrique abonde de ressources naturelles comme le soleil, le vent voire les cours d’eau qui font d’elle une candidate idéale pour l’usage des énergies renouvelables. Il faut noter néanmoins que l’Afrique ne pourra tirer pleinement profit de cette révolution industrielle, ce à condition que les technologies pour ces énergies renouvelables, comme les panneaux solaires, les batteries voire les voitures électriques, sont fabriquées en Afrique et les matières premières transformées sur son territoire.

Y-a-t-il des pays sur le continent qui réussissent leur transition énergétique? Si oui, à quels niveaux et quels sont les ingrédients de leur réussite?

S.M.: En fonction de l’utilisation des énergies renouvelables, la République Démocratique du Congo (RDC) est un modèle. En effet, 99% de l’électricité produite est propre puisqu’elle provient de barrages hydroélectriques. Dans le cas de la RDC, cette production s’appuie sur le fleuve Congo qui est le 2ème fleuve au monde par son débit. Cependant, de nombreux progrès sont à faire quant aux taux d’électrification, la fiabilité et l’offre d’électricité  en RDC. A cet effet, l’Union Africaine (UA) a officiellement choisi le projet «Grand Inga», comme un des six projets clés pour l’Agenda 2063. Ce barrage pourrait fournir 43.000 MW d’électricité et alimenter, tant la  RDC, les pays avoisinants du power pool.

Le Sénégal se démarque aussi par la construction de champs solaire. Le Kenya exploite l’énergie géothermique et couvre 45% de ses besoins en électricité. L’Ethiopie a construit un barrage hydroélectrique sur le Nil bleu. Le Rwanda exploite le gaz méthane du lac Kivu ainsi que des champs solaires. Le Ghana est particulièrement à féliciter. D’une part,  le pays a construit des champs solaires.  D’autre part, les autorités ont mis en place un programme d’efficacité énergétique. Des mesures concrètes sont prises pour encourager les ghanéens à consommer intelligemment, notamment dans la reprise de produits ménagers, comme les réfrigérateurs en contrepartie de réfrigérateurs neufs.

Malgré ces progrès notables, il semble que l’Afrique dans son ensemble reste confrontée à des défis majeurs. Lesquels?  

S.M.: Lors de la conférence d’IEEE PES & IAS PowerAfrica que j’ai présidée en 2017 au Ghana et qui a réuni plus de 250 ingénieurs venant de 33 pays pour discuter de l’électrification en Afrique, plusieurs constats ont été faits. Bien qu’ayant des indices macroéconomiques intéressant et une certaine croissance, l’Afrique souffre d’un déficit d’infrastructures relatives à la production, au transport et au stockage de l’électricité. 40% de l’Afrique est électrifiée, mais ce chiffre recèle des réalités différentes.  Le taux d’électrification varie considérablement entre chaque pays entre 100% (l’ile Maurice) à moins de 20% pour la RDC. Selon la Banque Africaine de Développement (BAD), 640 millions d’africains  n’ont pas accès à l’électricité. L’électricité est un facteur majeur du développement car elle permet de meilleurs services de santé, la  génération de revenus et la création d’emplois grâce aux entreprises. L’électricité contribue à augmenter le niveau de vie et permet la connectivité à internet.

Un autre défi est celui de l’entreprenariat lié aux énergies renouvelables en Afrique. En effet, la majorité des contrats est attribuée à des sociétés non-africaines et subissent une concurrence très forte des sociétés françaises, allemandes, chinoises et indiennes. Une des conditions du développement de l’Afrique est, entre autres, la création d’un tissu économique local et la maîtrise des technologies du secteur de l’énergie par les entreprises africaines. En remportant des marchés pour leurs pays ou leur continent, ces entreprises développeront des véritables savoirs et savoir-faire avec des externalités positives pour leur environnement.

Comment pourrait-elle les surmonter? Quels sont les cadres qui devraient être mis en place?

S.M.: Il faut mutualiser les efforts en pensant à des projets avec des impacts régionaux comme l’Union Africaine l’a fait en choisissant le projet du « Grand Inga », comme projet phare de l’Agenda 2063. Ensuite, il faut trouver les investissements nécessaires pour réaliser ces projets. Enfin il faut passer à la réalisation de ces projets tout en impliquant les populations concernées et éviter l’effet de projet parachute.

Quels sont les risques encourus par le continent si rien n’est fait?

S.M.: En 2100, la population africaine représentera près de 4,3 milliards d’individus, soit près de 39% de la population mondiale d’après les projections des Nations Unis. Aujourd’hui, l’Afrique est le continent qui émet le moins de gaz à effet de serre dans le monde mais il est aussi le continent le plus vulnérable au changement climatique. Afin de combattre le changement climatique, il est impératif d’assurer une source d’énergie fiable, abordable et propre afin d’assurer le bien-être des générations futures et de la planète terre.  Si nous ne le faisons pas, il y a un risque d’abîmer notre terre davantage et d’accélérer l’extinction de l’humanité entière.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *