Select Page

La grande majorité des experts en IA se trouvent en Amérique du Nord, en Europe et en Asie. L’Afrique, en particulier, est à peine représentée. Ce manque de diversité peut non intentionnellement enraciner les biais algorithmiques et construire une discrimination pour les produits dérivés de l’IA. Ce n’est pas le seul défi : moins de chercheurs et d’ingénieurs africains en IA signifie également moins d’opportunités d’utiliser l’IA pour améliorer le niveau de vie des Africains. De plus, la communauté des chercheurs est également en manque d’individus talentueux simplement parce qu’ils n’ont pas reçu de formation adéquate. “Je suis heureux de retourner en Afrique pour apporter ma pierre à l’édifice. Le mois prochain, la société de technologie Google va ouvrir un laboratoire de recherche sur l’IA à Accra, au Ghana. Ce sera le premier du genre sur le continent africain et j’en serai le responsable. Nous planifions d’employer de nombreux ingénieurs et scientifiques,” Moustapha Cisse, Cofondateur et responsable du laboratoire de recherche en intelligence artificielle de Google à Accra, au Ghana, et professeur en Machine Learning à l’Institut panafricain des Sciences Mathématiques (AIMS). Lire la suite