Select Page

NEF Fellow Profiles

Noble_BanaddaNoble Banadda
Âge: 40
Pays: Ouganda

Domaine de recherche: Ingénierie des bioprocédés

Institution : Université Makarere

Noble Banadda est né à Kabale, South-western, Ouganda. Il a été inspiré à se lancer dans la filière scientifique alors qu’il effectuait un séjour chez son père qui travaillait à l’hôpital de référence de Mulago (Kampala) dans le département d’orthopédie. Il rêvait de devenir médecin un jour. Noble a obtenu sa Licence en Sciences et Technologies alimentaires à l’Université d’agriculture de Sokoine (Tanzanie), un Master en Ingénierie des procédés et un doctorat en génie chimique à l’Université catholique de Louvain (Belgique). Son domaine de recherche est l’ingénierie des bioprocédés, précisément en modélisation mathématique des systèmes et des interactions biologiques. La capacité de prédire ce qui va se passer en se basant sur des observations biologiques actuelles est très importante pour la prévention et le contrôle en particulier dans les pays qui manquent de ressources pour contenir les épidémies.

En collaboration avec des coauteurs, Noble a lancé des recherches et des publications sur la cartographie du potentiel des bioressources de l’Ouganda et le rôle de la valorisation énergétique pour satisfaire les demandes en énergie et créer des emplois, en particulier pour les jeunes.

Noble était le plus jeune membre de l’Académie nationale des sciences de l’Ouganda (2013) et le seul à avoir les compétences pour être à la fois dans l’académie des jeunes et dans celle des séniors en Ouganda. En outre, il était membre de l’Académie mondiale des jeunes (2013). En 2007, il a remporté la bourse Cochran pour suivre des études professionnelles de niveau postdoctoral au Département de génie chimique au Massachusetts Institute of Technology (USA). En septembre 2014, Noble a été honoré en tant que jeune scientifique lors de la réunion annuelle des nouveaux champions, au Forum économique mondial, à Tianjin, en République populaire de Chine.

Noble est le Président par intérim de la section de l’Académie des Jeunes de l’Ouganda, assurant la supervision de 6 thèses de doctorat, 17 thèses de Master et il est ainsi l’auteur 64 articles scientifiques spécialisés, parus dans des revues internationales renommées. Ses citations ont un indice de Hirsch de 13, un indice i10 de 21 et en date du 04 mars 2015 il avait déjà été cité 616 fois. Pour ce qui est de la recherche sur la gestion des déchets, Noble est classé 35eet 22e respectivement au niveau mondial et africain, selon les classements Google sur les chercheurs

Evelyn_GitauEvelyn N. Gitau
Âge: 38
Pays: Kenya
Domaine de recherche : Immunologie cellulaire
Institution: KEMRI-Wellcome Trust Programme

Evelyn Gitau est née et a grandi à Dagoretti, à Nairobi, au Kenya. Elle attribue largement son choix de carrière dans le domaine de la science à la visibilité qu’elle a obtenue à la fois au niveau primaire et secondaire sur l’utilisation de la science pour tenter d’améliorer le bienêtre des personnes défavorisées. Elle se souvient avoir fait partie d’un projet qui consistait à essayer d’utiliser du biocarburant à partir de bouse de vache pour permettre de remplacer le charbon de bois comme source de combustible dans un foyer d’enfants défavorisés à Nairobi.  Alors que dans les années 80 cela semblait irréalisable, de nombreux foyers d’enfants défavorisés au Kenya complètent désormais leurs besoins énergétiques avec de la bouse des vaches laitières qui les alimentent également en lait.

Evelyn a rejoint le Programme KEMRI-Wellcome Trust en tant qu’assistante de recherche en pharmacologie en 2002. En 2008, elle a obtenu un doctorat décerné par l’Open University du Royaume-Uni en collaboration avec l’école de Médecine tropicale de Liverpool et parrainée par le Programme KEMRI-Wellcome Trust du Kenya.  Ses recherches ont porté sur l’étude des changements dans les niveaux de protéine comme indicateurs de maladie grave où elle a utilisé des outils protéomiques pour identifier les différences de protéines entre le plasma et le liquide céphalorachidien des enfants atteints de paludisme cérébral et des enfants présentant d’autres encéphalopathies. Evelyn est retournée au Kenya et a élargi ses compétences en immunologie cellulaire à Kilifi, en tant qu’assistante postdoctorale de recherche sur les réactions immunes cellulaires au P. falciparum qui cause le paludisme. Dans le cadre de ses travaux, elle s’est passionnée par le chevauchement entre le paludisme sévère et d’autres infections graves de l’enfance ainsi que l’interaction avec la malnutrition sévère.

Pour essayer de réduire efficacement la mortalité chez les enfants sévèrement malnutris qui meurent malgré la réhabilitation nutritionnelle réussie et les traitements au sein des hôpitaux, Evelyn développe actuellement des plateformes moléculaires à Kilifi, au Kenya afin de définir des indicateurs biologiques de pronostic et de diagnostic.  En fin de compte, elle espère développer des méthodes de diagnostic aux points de soins, à moindres coûts, qui peuvent rapidement identifier ces enfants ainsi que les mécanismes susceptibles d’éclairer la prise en charge clinique alternative.

 

Axel_NgongaAxel Ngonga

Âge: 31
Pays: Cameroun
Domaine de recherche :Technologies du Web sémantique/Gros volumes de données

Institution: AKSW, Université de Leipzig

Axel Ngonga est né à Bafoussam, au Cameroun de parents ingénieur et professeur de mathématiques. Il a commencé à manifester un intérêt pour la science à un âge précoce, ce qui lui a valu le titre de « Monsieur pourquoi ». Cet intérêt a été favorisé par ses parents, qui lui ont fourni de la littérature sur des domaines aussi divers que l’astrophysique et la chimie. Cependant, il a choisi d’étudier l’informatique après avoir terminé ses études en série S et obtenu son Baccalauréat à Buea, au Cameroun.

Axel a obtenu son doctorat en informatique à l’Université de Leipzig en 2009. Comme principal domaine de recherche, il a choisi les technologies du Web sémantique, qui visent à faciliter le développement des assistants pilotés par les données intelligentes afin de soutenir les hommes lorsqu’ils effectuent des tâches complexes aussi diverses que l’apprentissage de nouveaux sujets, l’analyse de gros volumes de données ou même la chirurgie.

Sa vision est de développer des applications intelligentes qui peuvent faire le lien entre les hommes et les gros volumes de données. Les techniques qui en résultent permettront de soutenir le développement des systèmes d’informations intuitifs pour la biomédecine, l’agriculture et l’enseignement qui peuvent fournir des informations contextuelles pertinentes à moindre coût, favorisant ainsi un paysage de données d’égalité des chances pour l’Afrique.

Axel a gagné de multiples prix du meilleur article de recherche lors de conférences de haut niveau telles que les Conférences internationales sur le Web sémantique 2011 et 2014 et les Conférences Web sémantique étendues 2013 et 2014. Avec plus de 100 publications spécialisées, il a été cité plus de 1 000 fois. Il dirige actuellement des projets de recherches A.O. sur le traitement du Big Data (SAKE) et la recherche sur les données à grande échelle (DIESEL).

Au-delà d’être un chercheur, Axel est un joueur passionné de basse, de guitare et d’échecs.

Tolullah_OniTolullah Oni
Âge: 34
Pays: Nigeria
Domaine de recherche : Médecine et politique de santé publique
Institution: Université de Cape Town

Tolullah Oni est née à Lagos, au Nigeria. Sa passion pour la santé publique est enracinée dans son désir d’étudier la médecine depuis son plus jeune âge. Pendant ses études de médecine, Tolullah a obtenu une Licence en santé internationale. Cela a suscité chez elle un vif intérêt dans les maladies d’importance mondiale et dans les facteurs qui influencent la politique de santé et les résultats y afférents. Réalisant que de nombreuses situations sanitaires sont ancrées dans les déterminants sociaux, elle a été inspirée à changer de voie et est passée d’une carrière clinique à une carrière universitaire dans le domaine de la santé publique et de l’épidémiologie.

Dr. Tolu Oni a complété sa formation médicale au University College de Londres en 2004 et a obtenu un doctorat en 2012 de l’Imperial College de Londres. Son diplôme du premier cycle en santé internationale a suscité chez elle un vif intérêt dans les maladies d’importance mondiale et dans les facteurs qui influencent la politique de santé et les résultats y afférents. Réalisant que de nombreuses situations sanitaires sont ancrées dans les déterminants sociaux, elle a été inspirée à changer de voie et est passée d’une carrière clinique à une carrière universitaire dans le domaine de la santé publique et de l’épidémiologie.

Sa recherche porte sur la coexistence et l’interaction entre les maladies infectieuses et non infectieuses chroniques, et sur l’impact de l’environnement physique et socioéconomique sur le profil sanitaire des populations vivant dans des environnements urbains non planifiés.

Tolu a remporté de nombreux prix, dont le prix de la Jeune Académie des sciences d’Afrique du Sud en 2013 (dont elle est l’actuelle coprésidente du comité exécutif), le prix du Programme de leadership des jeunes médecins de 2014 décerné par le Groupe inter-académie pour la médecine et l’Académie mondiale de la science, et le prix d’excellence Claude Leon 2015 décerné aux chercheurs en début de carrière. En mars 2015, Tolu a été sélectionnée comme boursière du Next Einstein Forum, consolidant sa place parmi les meilleurs jeunes scientifiques d’Afrique.

Tolluh a remporté de nombreux prix et a récemment, été élue au Programme de leadership des jeunes médecins par le Groupe inter-académie pour la médecine et l’Académie mondiale des sciences.

Alta_SchutteAlta Schutte
Pays: 37
Country: South Africa
Domaine de recherche : Hypertension & cardiopathie au sein des populations africaines
Institution: Unité hors faculté pour l’hypertension et les maladies cardiovasculaires du Medical Research Council de l’Afrique du Sud ;

Alta Schutte est née dans une petite ville d’exploitation aurifère en Afrique du Sud. Ses parents ont favorisé son intérêt pour les sciences naturelles et la santé et son intérêt particulier à travailler dans le domaine de l’hypertension artérielle et les maladies cardiaques a sans doute été suscité par son père (et son grand-père) souffrant de maladies cardiovasculaires depuis son plus jeune âge. Alta a obtenu son doctorat à l’âge de 24 de l’Université Chrétienne d’enseignement supérieur de Potchefstroom en Afrique du Sud. Ses travaux ont porté sur la façon dont l’alimentation des Sud-Africains noirs contribue au développement de l’hypertension artérielle. Les populations noires sont exceptionnellement sujettes à développer l’hypertension, qui est la principale cause d’AVC, suivis de la mort. Elle a étayé sa thèse de doctorat pendant ses travaux sur les communautés autochtones en Australie, et a passé le reste de sa carrière à travailler sur de nombreuses études visant à comprendre la façon dont l’hypertension se développe au sein des populations noires et les raisons pour lesquelles cette population est largement affectée sur l’ensemble du continent. Dans le cadre de l’Équipe de Recherche sur l’hypertension en Afrique (HART), Alta a fait de nombreuses découvertes scientifiques expliquant l’augmentation significative des risques de développement de maladies cardiaques auxquels font face les Africains (y compris, p. ex., les comportements spécifiques en matière de santé, comme le tabac et la consommation d’alcool dès le plus jeune âge). Elle estime cependant que l’hypertension en Afrique ne sera pas contrôlée par la médication en raison du dysfonctionnement des systèmes de santé (faible sensibilisation, mauvais traitement et programmes de traitements inefficaces) et donc les rêves d’être à la pointe d’un « traitement » de remplacement, commence par la prévention dès le bas âge.

Alta publié plus de 130 articles dans des revues internationales principalement sur le thème de l’hypertension, et a été reconnue pour son travail en tant que lauréate du prix Distinguished Young Women Scientist (attribué aux jeunes femmes exerçant des activités dans le domaine des sciences de la vie), décerné par le ministère sud-africain de la Science et de la Technologie ; elle a aussi reçu la British Association Medal de l’Association sud-africaine pour l’avancement des sciences a(S2A3). Elle a également été Lauréate de la Médaille Meiring Naude de la Royal Society of South Africa (Société royale d’Afrique du Sud), du prix de l’UA-TWAS (Union africaine et Académie des Sciences du Monde) et a été nommée par le journal Mail & Guardian comme l’une des 200 meilleures jeunes Sud-Africaine de tous les secteurs.

Alta est aussi la principale chercheuse de l’étude African-PREDICT visant à suivre les jeunes personnes en bonne santé durant les 20 prochaines années en utilisant la dernière technologie médicale dans le domaine, espérant ainsi découvrir des indicateurs prévisionnels du développement de l’hypertension. Il lui a été attribué un poste de Professeur, Chaire de recherche, financé par le ministère de la Science et de la Technologie, et elle a récemment été nommée Directrice de l’Unité hors faculté pour l’hypertension et les maladies cardiovasculaires du Medical Research Council d’Afrique du Sud.
KomministDr. Komminist Weldamriam
Âge: 34
Pays: Ethiopia
Domaine de recherche: Innovations de logiciel pour l’enseignement
Institution: IBM Research Africa – Kenya

Komminist (Kommy) Weldermariam est né à Arba Minch, en Éthiopie en 1980 dans une famille traditionnelle pauvre d’Afrique. Déterminé à en finir avec ses conditions de vie difficiles, il se tourna vers l’enseignement. Sa volonté et une insatiable curiosité de la façon dont les choses fonctionnent l’ont mené à la science.  Kommy a obtenu des diplômes dans le domaine de l’informatique à l’Université d’Addis-Abeba, en Éthiopie (Licence en 2003), à l’Institut indien de technologie, à Bombay (Master en Technologie en 2006) et à l’Université de Trento, Italie (Doctorat en 2009/10). Au cours de sa formation et de sa carrière dans la recherche et le développement, il a mis l’accent sur la création de solutions novatrices qui influent sur la vie.

Kommy développe des solutions factuelles qui visent à transformer l’enseignement en Afrique en individualisant sa prestation à chaque enfant. La réussite de l’enseignement créera des futurs scientifiques africains, créera des citoyens compétiteurs et positionnera le continent sur le plan mondial.

Kommy a corédigé plus de 55 articles scientifiques en rapport avec ses grands projets dans les domaines des systèmes de logiciels, de la sécurité, et des technologies de l’enseignement. Il a été membre du comité scientifique et organisateur de diverses conférences à travers le monde.  Il est lauréat de plusieurs prix, dont certains portant sur ses articles, et des prix portant sur le niveau d’expérience et de la reconnaissance en matière de gestion d’IBM.