Sélectionner une page

Evelyn Gitau

Evelyn_Gitau2_NEFPays: Kenya
Domaine de Recherche: Immunologie Cellulaire
Institution: Programme KEMRI-Wellcome Trust

Evelyn Gitau est née et a grandi à Dagoretti, à Nairobi, au Kenya. Elle attribue largement son choix de carrière dans le domaine de la science à la visibilité qu’elle a obtenue à la fois au niveau primaire et secondaire sur l’utilisation de la science pour tenter d’améliorer le bienêtre des personnes défavorisées. Elle a continué sur cette lancée lorsqu’elle a rejoint le Programme KEMRI-Wellcome Trust en tant qu’Assistante de recherche en pharmacologie en 2002.

En 2008, elle a obtenu un doctorat décerné par l’Open University du Royaume-Uni en collaboration avec l’école de Médecine Tropicale de Liverpool et parrainée par le Programme KEMRI-Wellcome Trust du Kenya. Ses recherches ont porté sur l’étude des changements dans les niveaux de protéine comme indicateurs de maladie grave où elle a utilisé des outils protéomiques pour identifier les différences de protéines entre le plasma et le liquide céphalorachidien des enfants atteints de paludisme cérébral et des enfants présentant d’autres encéphalopathies.

Evelyn est retournée au Kenya en 2007 et a élargi ses compétences en immunologie cellulaire à Kilifi, en tant qu’assistante postdoctorale de recherche sur les réactions immunes cellulaires au P. falciparum qui cause le paludisme. Dans le cadre de ses travaux, elle s’est passionnée par le chevauchement entre le paludisme sévère et d’autres infections graves de l’enfance ainsi que par l’interaction avec la malnutrition sévère.

Selon les estimations, environ 40-50 % des maladies infectieuses restent non diagnostiquées dans les hôpitaux subsahariens, principalement en raison des limites des techniques classiques telles que la culture microbiologique de pathogènes à partir d’échantillons de patients, ainsi que le coût élevé des techniques moléculaires plus précaires. Cela a un impact dévastateur sur la survie des enfants, mais est également un facteur contribuant à la sur prescription d’antibiotiques, entraînant de graves conséquences à long terme pour la santé de la population dans son ensemble. Connaître les causes exactes de la maladie peut potentiellement améliorer les choix de thérapie, réduire la mortalité et les séquelles et mener à des thérapies spécifiques de protection.

Pour ce faire, Evelyn estime que l’Afrique doit adopter de nouvelles technologies pour améliorer la façon dont les maladies répandues sont diagnostiquées. Avec cela à l’esprit, Evelyn a joué un rôle clé en aidant à établir la plateforme technique nécessaire pour entreprendre des recherches compétitives au niveau international sur la pathogenèse des maladies et l’immunité, à Kilifi au Kenya. En utilisant ce qu’elle a contribué à mettre en place à Kilifi, elle se concentre maintenant sur l’identification des biomarqueurs à partir d’échantillons de patients qui peuvent être utilisés pour distinguer rapidement et à moindre coût les causes étiologiques de la fièvre chez les enfants gravement malades.

Evelyn a été récemment nommée Responsable de programme à l’Académie africaine des sciences – Alliance pour l’accélération de l’excellence dans le domaine des sciences en Afrique (AESA), où elle est chargée de la mise en œuvre de l’Initiative Grand Challenges Africa de la Fondation Bill et Melinda Gates, dont l’AESA est partenaire.

Défi Einstein: Evelyn espère développer des méthodes de diagnostic bon marché et applicables sur place, qui peuvent mieux répartir les enfants souffrant de malnutrition, afin d’informer sur la gestion clinique alternative pour ceux qui présentent encore des risques de mort en raison d’une infection, malgré la réhabilitation nutritionnelle.