Sélectionner une page

Alta Schutte

Alta_SchuttePays: Afrique du Sud
Domaine de recherche: Hypertension et cardiopathie au sein des populations africaines
Institution: Unité hors faculté pour l’hypertension et les maladies cardiovasculaires du Medical Research Council de l’Afrique du Sud

Alta Schutte est née dans une petite ville d’exploitation aurifère en Afrique du Sud. Ses parents ont favorisé son intérêt pour les sciences naturelles et les sciences de la santé. Son intérêt particulier dans le domaine de l’hypertension artérielle et les maladies cardiaques a été suscité depuis son plus jeune âge par son père et son grand-père souffrant de maladies cardiovasculaires.

Alta a obtenu son Doctorat à l’âge de 24 ans à l’Université de Potchefstroom. Ses travaux ont porté sur la façon dont l’alimentation des Sud-Africains noirs contribue au développement de l’hypertension artérielle. Les populations noires sont exceptionnellement sujettes à avoir une tension artérielle élevée ou à développer de l’hypertension, ce qui est la principale cause d’AVC, suivis de mort. Alta a étayé sa thèse de Doctorat en menant des études poussées sur les communautés autochtones en Australie, et a passé le reste de sa carrière à travailler sur de nombreuses études visant à comprendre la façon dont l’hypertension se développe au sein des populations noires et les raisons pour lesquelles cette population est largement affectée sur l’ensemble du continent africain.

Dans le cadre de l’Équipe de Recherche sur l’hypertension en Afrique (HART), Alta a fait de nombreuses découvertes scientifiques expliquant l’augmentation significative des risques de développement de maladies cardiaques auxquelles font face les Africains. Elle a cependant exprimé une vive inquiétude sur le fait que l’hypertension en Afrique ne sera pas contrôlée par des traitements en raison des défis auxquels font face les systèmes de santé. Alta rêve d’être à la pointe d’un « traitement » de remplacement, dont la prévention commence dès le bas âge.

Alta publié plus de 140 articles dans des revues internationales principalement sur le thème de l’hypertension, et a été reconnue pour son travail en tant que lauréate du prix Distinguished Young Women Scientist (attribué aux jeunes femmes exerçant des activités dans le domaine des sciences de la vie), décerné par le ministère sud-africain de la Science et de la Technologie ; elle a aussi reçu la British Association Medal de l’Association sud-africaine pour l’avancement des sciences a(S2A3). Elle a également été Lauréate de la Médaille Meiring Naude de la Royal Society of South Africa (Société royale d’Afrique du Sud), du prix de l’Union africaine et de l’Académie des Sciences du Monde) et a été nommée par le journal Mail & Guardian comme l’une des 200 meilleures jeunes Sud-Africaine de tous les secteurs.

Alta est la principale chercheuse de l’étude African-PREDICT visant à suivre les jeunes personnes en bonne santé durant les 20 prochaines années en utilisant la dernière technologie médicale dans le domaine, espérant ainsi découvrir des indicateurs prévisionnels du développement de l’hypertension. Il lui a été attribué un poste de Professeur, Chaire de recherche, financé par le ministère de la Science et de la Technologie, et elle a récemment été nommée Directrice de l’Unité hors faculté pour l’hypertension et les maladies cardiovasculaires du Medical Research Council d’Afrique du Sud

Défi Einstein: Alta espère inverser la tendance à la hausse du développement de l’hypertension en Afrique. Elle veut trouver d’autres façons de prévenir l’hypertension non seulement par l’amélioration de la détection précoce de la maladie, mais aussi par des approches à l’échelle de la population afin de réduire considérablement le risque.