Sélectionner une page

New_Fellows_NEF_FR

Le Next Einstein Forum (NEF), une initiative de l’African Institute for Mathematical Sciences (AIMS) en partenariat avec la Fondation Robert Bosch, publie aujourd’hui la cohorte 2015/2016 de boursiers du NEF – douze des meilleurs scientifiques et technologues africains de moins de 42 ans, travaillant en Afrique et à travers le monde.

Au cœur de la vision du NEF de propulser l’Afrique sur la scène scientifique mondiale, les boursiers du NEF présenteront leurs recherches lors de la Rencontre internationale du NEF qui aura lieu du 8 au 10 mars 2016, à Dakar, au Sénégal, sous le patronage de S.E. le Président Macky Sall. Projetant le reflet de la jeune population africaine, 50 % des participants de la Rencontre Internationale du NEF de 2016 auront moins de 42 ans et le NEF mettra également en lumière les contributions des femmes scientifiques.

« Nous avons le plaisir de publier notre cohorte de boursiers du NEF. Nous sommes convaincus que les jeunes scientifiques sélectionnés, parmi les meilleurs scientifiques africains de moins de 42 ans, sont la preuve que l’on assiste à une renaissance scientifique sur le continent et que l’Afrique est en train de se repositionner internationalement en termes d’innovation. Non seulement ces scientifiques et ces technologues exceptionnels sont les meilleurs de leurs domaines, mais leurs travaux scientifiques ont un impact réel. Leurs découvertes, actuelles et futures, permettront de résoudre les défis mondiaux en termes de santé, d’énergie, de changement climatique, d’agriculture, d’enseignement, de sécurité des données et de cyber-sécurité pour en citer que certains » a affirmé M. Thierry Zomahoun, Président et PDG de l’AIMS et Président du NEF.

Les travaux des boursiers du NEF attesteront de l’impact de la science et de la technologie sur le développement tout en changeant les perceptions sur les prouesses scientifiques de l’Afrique. Parmi les boursiers du NEF de 2015/2016 on peut citer :

  • Noble Banadda (Ouganda) : A publié des travaux sur la cartographie du potentiel des bioressources de l’Ouganda et le rôle de la valorisation énergétique pour satisfaire les demandes en énergie et créer des emplois, en particulier pour les jeunes.
  • Joseph Ben Geloun (Sénégal) : A reçu le Prix du Jeune Scientifique en physiques mathématiques 2015-2017 par Union internationale de physique pure et appliquée (Suisse).
  • Mouhamed Moustapha Fall (Sénégal) : Travaille sur des projets en collaboration avec des chercheurs allemands, grâce auxquels, dans le futur, les pêcheurs sénégalais pourront connaître la quantité de poissons qu’ils doivent pêcher aujourd’hui sans épuiser les ressources halieutiques de demain.
  • Evelyn Gitau (Kenya) : Travail sur un outil de diagnostic qui a recours à l’approche moléculaire pour identifier avec rapidité et précision les enfants souffrant de malnutrition sévère qui sont susceptibles de mourir d’infections évitables.
  • Assane Gueye (Sénégal) : Travaille sur une approche scientifique à des solutions informatiques assez convenables, assez bon marché et bien adaptées aux problèmes rencontrés par les personnes dans le monde en développement.
  • Mohlopheni Jackson Marakalala (Afrique du Sud) : Travaille sur le développement d’outils thérapeutiques et de diagnostic pour lutter contre la tuberculose.
  • Wilfred Ndifon (Cameroun) : A résolu une énigme immunologique vieille de 70 ans qui change notre compréhension des systèmes immunitaires.
  • Hallowed Olaoluwa (Nigeria) : Plus jeune titulaire d’un Doctorat en mathématiques en Afrique à 21 ans et premier et unique étudiant à suivre simultanément des études de mathématiques et de physique respectivement en Licence et en Master en République centrafricaine.
  • Tolu Oni (Nigeria) : Travail sur la coexistence et l’interaction entre les maladies infectieuses et non infectieuses chroniques, et sur l’impact de l’environnement physique et socioéconomique sur le profil sanitaire des populations vivant dans des environnements urbains non planifiés.
  • Axel Ngonga (Cameroun) : Travaille sur les techniques qui soutiennent le développement des systèmes d’informations intuitifs pour la biomédecine, l’agriculture et l’enseignement qui peuvent fournir des informations contextuelles pertinentes à moindre coût, favorisant ainsi un paysage de données d’égalité des chances pour l’Afrique.
  • Alta Schutte (Afrique du Sud) : A fait de nombreuses découvertes scientifiques expliquant l’augmentation significative des risques de développement de maladies cardiaques chez les Africains.
  • Komminist Weldemariam (Éthiopie) : Travaille sur la création de technologies cognitives, mobiles et analytiques visant à accroître les performances des étudiants.

Les boursiers du NEF ont été sélectionnés à travers un processus rigoureux qui examine leurs qualifications universitaires et scientifiques reconnues par un Doctorat dans le domaine des STIM, des sciences sociales ou de la technologie, un solide registre de publications, de brevets, de récompenses, et sur leurs capacités à collecter des fonds destinés à leurs recherches de façon indépendante. Les boursiers doivent également démontrer la pertinence et l’impact de leurs recherches/innovations sur la société et aussi faire preuve de motivation à accroître la visibilité scientifique de l’Afrique.

« Le NEF a été créé à un moment crucial ; l’Afrique doit tirer profit de la science pour faire avancer nos pays. En tant que première cohorte de boursiers du NEF, nous espérons montrer par nos propres expériences, le potentiel des jeunes Africains dans les domaines scientifiques et technologiques. Il est temps pour la communauté scientifique africaine de sortir de l’ombre. Il est temps de changer l’histoire, car les Africains s’attèlent à surmonter les défis de l’Afrique. En effet, nous avons besoin de soutien, mais les capacités sont là, » a affirmé Dr. Tolu Oni, boursière du NEF et spécialiste en santé publique.

Conformément à l’engagement du Next Einstein Forum de composer la cohorte de boursiers d’au moins 40 % de femmes, le NEF a lancé un processus destiné uniquement aux femmes afin de sélectionner trois femmes scientifiques et technologues de plus pour clore la phase de recrutement des 15 boursiers du NEF. La date limite de réception des candidatures est fixée au 31 décembre 2015.

À propos du Next Einstein Forum :

Lancée en 2013, le Next Einstein Forum (NEF), une initiative de l’African Institute for Mathematical Sciences (AIMS) en partenariat avec la Fondation Robert Bosch, rassemblera plus de 500 scientifiques de renom et intervenants distingués du monde entier en Afrique pour sa première Rencontre internationale, du 8 au 10 mars 2016 sous le patronage de S.E. Macky Sall, Président de la République du Sénégal. Tenues tous les deux ans, les Rencontres internationales honoreront les plus brillants jeunes scientifiques qui auront l’opportunité d’être en contact avec des leaders africains et du reste du monde dans le cadre de forums où la participation sera possible uniquement sur invitation officielle et durant lesquels les trois piliers qui sont la science, la société et les politiques seront mis en avant.
Le NEF a été soutenu par la Commission de l’Union africaine ainsi que par l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), les gouvernements du Rwanda, du Sénégal et de l’Afrique du Sud, l’Académie africaine des sciences (AAS) et par un nombre croissant de partenaires du secteur privé à travers le monde qui sont motivés par l’idée de donner à la communauté scientifique africaine une place de membre influent au sein de la communauté scientifique mondiale, ce qui va assurer le développement humain durable en Afrique et dans le reste du monde.
À propos de l’AIMS

Fondé en 2003 l’African Institute for Mathematical Sciences (AIMS) est un réseau panafricain de Centres d’excellence pour l’enseignement postuniversitaire, la recherche de pointe et l’engagement public. L’AIMS a des centres d’excellence de formation et de recherche au Cameroun, au Ghana, au Sénégal, en Afrique du Sud et en Tanzanie et contribue considérablement au renforcement de la capacité scientifique et technique de l’Afrique. L’AIMS a également lancé une Industy Initiative (Initiative du secteur privé) qui propose aux étudiants et aux diplômés des opportunités dans le secteur privé, un programme de formation des enseignants en mathématiques axés sur le genre et d’autres activités d’engagement du public visant à intégrer les STIM partout en Afrique. AIMS veut être à l’avant-garde de la transformation de l’Afrique à travers une formation scientifique innovante, le progrès technique et les découvertes novatrices qui profitent à l’ensemble de la société.

 

Contacts pour les médias

Nathalie Munyampenda
Responsable de la communication et des médias
Next Einstein Forum
E-mail: nmunyampenda@nef.org
T: +1 (647) 588-5464

Mimi Kalinda
Directrice de la communication
Secrétariat mondial de l’AIMS
E-mail: mkalinda@nexteinstein.org
T: +27726881250